100% d’équité et de transparence nécessaires dans le programme BOOST | Vues

L’auteur a fait la déclaration suivante lors de la réunion conjointe du Comité des voies et moyens de la Chambre et du Comité des opérations judiciaires et gouvernementales cette semaine :

Le secrétaire aux Finances a été cité dans les journaux disant qu’il n’y avait “rien à cacher” dans le programme BOOST. Nous avons certainement entendu cette phrase auparavant, à plusieurs reprises, de nul autre que son patron, le gouverneur lui-même.

Rien à cacher, et pourtant ils se cachent. Ils se cachent tellement.

Les comités ont demandé des documents et des informations qui devraient être des archives publiques à 100 % et qui devraient être effectivement accessibles au public à 100 %.

Pourquoi? Parce qu’il s’agit de fonds 100% publics, distribués par le biais d’un programme supervisé par des responsables gouvernementaux.

Le gouverneur Torres aime lancer ce chiffre de 100 %. Moi aussi. Et lorsqu’il s’agit de fonds publics, nous devons nous attendre à une conformité à 100 % et en temps voulu à nos demandes d’informations.

Les comités ont recherché des informations vraiment basiques que le secrétaire aux Finances Atalig et le secrétaire au Commerce Deleon Guerrero devraient être en mesure de fournir immédiatement, à 100 %. Qui administre le programme? Quelle est la source de financement ? Qui a été approuvé pour un financement et pour quels montants ? Qui n’a pas été approuvé ?

Il y a aussi d’autres questions auxquelles les responsables de ce programme devraient pouvoir répondre, immédiatement, avec une transparence à 100% – d’autant plus que le programme est déjà en cours de déploiement et que les chèques sont déjà émis.

Où sont les lignes directrices du programme ? Ils ne sont nulle part sur le site Web, alors où sont-ils ? Certes, rien n’a été publié pour examen public et commentaires avant que le gouverneur ne lance ce programme. Je soupçonne qu’ils n’existent pas. Parce que s’ils existaient, pourquoi ne pas les publier ?

Tout ce que l’on peut trouver sur le site Web de BOOST, ce sont des textes de présentation vagues et courts. Apparemment, tout ce qu’il faut faire pour demander une subvention commerciale BOOST est d’écrire une lettre, de joindre un plan d’affaires et un profil, ainsi qu’une liste de produits et services. Si vous êtes un agriculteur, un pêcheur ou un éleveur de subsistance, tout ce que vous avez à faire, apparemment, est de prendre une photo et de remplir un simple feuillet d’une page déclarant que vous êtes un agriculteur, un pêcheur ou un éleveur, et boum – vous obtenez votre coup de pouce de 500 $.

Le site Web indique que les demandes seront traitées “sous réserve de la disponibilité des fonds, et que le” programme peut être résilié sans préavis. Ce qui ne renforce pas exactement la confiance dans l’intégrité de ce programme. Et ce qui m’amène à ce point : nous ne savons même pas combien d’argent est disponible. Ces chiffres ne cessent de changer. Pourquoi n’y a-t-il pas de cohérence – 0% de cohérence – entre le montant annoncé par le gouvernement fédéral et les montants que vantent les responsables de CNMI ?

Aussi, quel est le plafond du montant d’argent qui peut être attribué? Le site Web indique qu’il y a des limites, mais elles sont pour des “orientations internes” et “non accessibles au public afin de ne pas encourager les candidats à postuler pour le montant total”. Cela n’a même pas de sens. Depuis quand un programme de subventions ou de prêts aux entreprises financé par les contribuables ne publie-t-il pas le montant maximum qu’un candidat qualifié peut demander ? Une simple recherche sur Google montrera que l’annonce des plafonds de ces récompenses est assez standard.

Rien à cacher, disent-ils – alors pourquoi cacher ça ? Peut-être pour inciter certaines personnes qui seraient au courant à postuler pour le max. Ou peut-être que c’est une cible en mouvement, et qu’ils volent par le siège de leur pantalon. Qui sait? Seul le gouverneur Torres et un petit cercle restreint de personnes le savent.

De plus, pourquoi le délai a-t-il été prolongé trois fois? Et pourquoi y avait-il une si courte période de demande pour les subventions pour l’agriculture, la chasse et l’élevage? Ils l’ont annoncé la semaine dernière, et la date limite était vendredi – d’où les files d’attente 100% affreuses à la porte de la banque et le pandémonium 100% qui a été créé au bureau des licences commerciales la semaine dernière.

Pourquoi la date limite devait-elle être vendredi? Combien de planification a réellement été consacrée à cela?

Autres questions : Quels contrats ont été attribués pour faire fonctionner ce programme, non seulement pour l’administration, mais aussi pour le marketing, et pour tous les mixages, les fêtes, les concerts, la nourriture et l’alcool ? Quelqu’un a-t-il informé le bureau du gouverneur que les fonds fédéraux ne peuvent pas être utilisés pour acheter de l’alcool ?

Et enfin, quelques-unes des questions les plus fondamentales de toutes : quel est le processus d’examen des candidatures ? Qui siège à ce comité d’examen? Comment ont-ils été sélectionnés ou nommés ? Quels critères utilisent-ils ? Y a-t-il même une rubrique pour réviser? Ma compréhension est non. Et qui a le dernier mot ?

Le gouverneur Torres a été cité dans les médias disant qu’il n’a aucune implication dans le choix des bénéficiaires des subventions BOOST. Pourtant, nous avons des documents qui montrent le contraire : des correspondances – des “orientations internes” pourrait-on dire – qui indiquent clairement que la personne qui prend les décisions finales sur les prix BOOST est, en fait, le gouverneur lui-même.

S’il n’y a rien à cacher, alors chaque personne que nous convoquons à l’Assemblée législative devrait être prête à répondre à 100 % de nos questions avec une véracité à 100 % et à soumettre 100 % des dossiers que nous demandons. Et les habitants du Commonwealth ont tout à fait le droit d’attendre 100% d’équité et de transparence dans l’administration de ce programme et la distribution des fonds publics.

.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *