La NASA retourne sur la Lune avec un méga lancement de fusée

La mission Artemis 1, un vol d’essai sans astronautes à bord, représente la première étape du plan de l’agence pour construire une présence durable sur la Lune, en tirant des leçons pour préparer un futur voyage vers Mars.

La troisième fois, c’est le charme ? Après deux tentatives infructueuses, la NASA prévoit de lancer sa nouvelle méga fusée lunaire tôt mercredi depuis la Floride, moins d’une semaine après que l’énorme machine ait résisté à un ouragan.

“Notre heure arrive. Et nous espérons que ce sera mercredi”, a déclaré Mike Sarafin, responsable de la mission Artemis 1, très retardée, au siège de la NASA.

La mission Artemis 1, un vol d’essai sans astronautes, représente la première étape du plan de l’agence spatiale américaine visant à établir une présence durable sur la Lune et à en tirer des leçons pour préparer un futur voyage vers Mars.

Nommé d’après la sœur d’Apollon dans la mythologie grecque, le nouveau programme spatial intervient 50 ans après que les humains ont posé le pied pour la dernière fois sur le sol lunaire.

Le premier lancement de la fusée Space Launch System, la plus puissante jamais conçue par la Nasa, est prévu mercredi à 1h04 heure locale (06h04 GMT), avec une fenêtre de lancement possible de deux heures.

Le compte à rebours a déjà commencé au légendaire Kennedy Space Center, où le géant orange et blanc attend son vol inaugural.






Le décollage est prévu moins d’une semaine après le passage de l’ouragan Nicole, que la fusée a subi à l’extérieur sur sa rampe de lancement.

Pour l’instant, les responsables évaluent le risque associé aux dommages causés par l’ouragan à une fine bande de matériau semblable à du mastic appelé RTV, qui encercle la capsule de l’équipage d’Orion au sommet de la fusée et la rend plus aérodynamique.

Les équipes examinent si le RTV pourrait se détacher lors du lancement et poser des problèmes.

Deux dates de sauvegarde sont possibles si besoin, les 19 et 25 novembre.

Comment les États-Unis envisagent de retourner sur la Lune

Graphique sur le programme Artemis de la NASA pour établir une mini-station spatiale en orbite autour de la Lune avant d’atterrir à la surface en 2024.

Face cachée de la Lune

La météo s’annonce clémente, avec 90% de chances de conditions favorables pendant la fenêtre de lancement.

Fin septembre, la fusée a dû être ramenée à son bâtiment d’assemblage pour être à l’abri d’un autre ouragan, Ian.

Avant ces déboires météorologiques, deux tentatives de lancement ont dû être annulées pour des raisons techniques.

La première panne était liée à un capteur défaillant, et la seconde à une fuite de carburant lors du remplissage des réservoirs de la fusée. Il fonctionne à l’oxygène et à l’hydrogène liquides ultra-froids et ultra-volatils.

La NASA a depuis remplacé un scellé et modifié ses procédures pour éviter au maximum les chocs thermiques.

Le remplissage des réservoirs doit maintenant commencer mardi après-midi.

Les ingénieurs travaillent sur le mât ombilical de service de queue de la fusée lunaire sans pilote Artemis I alors qu'il se trouve sur la rampe de lancement 39B de la NASA

Les ingénieurs travaillent sur le mât ombilical de service de queue de la fusée lunaire sans pilote Artemis I alors qu’il se trouve sur la rampe de lancement 39B au Kennedy Space Center de la NASA.

Environ 100 000 personnes sont attendues sur la côte pour assister au lancement, la fusée promettant d’éclairer le ciel nocturne.

La capsule Orion sera soulevée par deux boosters et quatre moteurs puissants sous l’étage central, qui se détachera après seulement quelques minutes.

Après une dernière poussée depuis l’étage supérieur, la capsule sera en bonne voie, mettant plusieurs jours à arriver à destination.

Plutôt que d’atterrir sur la Lune, il prendra une orbite lointaine, s’aventurant à 40 000 milles (64 000 kilomètres) au-delà de la face cachée, plus loin que tout autre vaisseau spatial habitable jusqu’à présent.

Enfin, Orion entreprendra le retour de son voyage. Lors de son passage dans l’atmosphère, le bouclier thermique de la capsule devra résister à une température moitié moins élevée que la surface du Soleil.

Si le décollage a lieu mercredi, la mission durera 25 jours et demi en tout, avec un amerrissage dans l’océan Pacifique le 11 décembre.

La NASA mise sur une mission réussie après avoir développé la fusée SLS pendant plus d’une décennie. Elle aura investi plus de 90 milliards de dollars dans son nouveau programme lunaire d’ici fin 2025, selon un audit public.

Artemis 2 sera presque une rediffusion de la première mission, bien qu’avec des astronautes, en 2024.

Les bottes au sol devraient avoir lieu pendant Artemis 3, au plus tôt en 2025, l’équipage devant inclure la première femme et la première personne de couleur sur la Lune.

© 2022 AFP

Citation: La NASA retourne sur la Lune avec le lancement d’une méga fusée (15 novembre 2022) récupéré le 15 novembre 2022 sur https://phys.org/news/2022-11-nasa-moon-mega-rocket.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *