La nouvelle fusée lunaire de la NASA, 50 ans après Apollo

La nouvelle fusée lunaire de la NASA se trouve sur la rampe de lancement 39-B sous un ciel orageux dimanche 11 novembre. 13, 2022, à Cap Canaveral, Floride. Le programme d’exploration lunaire du 21e siècle s’appelle Artemis, d’après la sœur jumelle mythologique d’Apollon. Crédit : AP Photo/John Raoux, fichier

La NASA lance son programme de nouvelle lune avec un vol d’essai d’une toute nouvelle fusée et capsule.

Le décollage était prévu tôt mercredi matin depuis le Kennedy Space Center en Floride. Le vol d’essai vise à envoyer une capsule d’équipage vide sur une orbite lunaire lointaine, 50 ans après les célèbres coups de lune d’Apollo de la NASA.

Le projet a des années de retard et des milliards de dépassement de budget. Le prix du vol d’essai : plus de 4 milliards de dollars.

Un aperçu de la nouvelle fusée et capsule, qui fait partie du programme Artemis de la NASA, nommé d’après la sœur jumelle mythologique d’Apollo :

PUISSANCE FUSÉE

À 322 pieds (98 mètres), la nouvelle fusée est plus courte et plus mince que les fusées Saturn V qui ont lancé 24 astronautes d’Apollo sur la lune il y a un demi-siècle. Mais il est plus puissant, avec une poussée de 8,8 millions de livres (4 millions de kilogrammes). C’est ce qu’on appelle la fusée Space Launch System, SLS en abrégé, bien qu’un nom moins maladroit soit en cours de discussion. Contrairement à la Saturn V simplifiée, la nouvelle fusée a une paire de propulseurs latéraux remodelés à partir des navettes spatiales de la NASA. Les boosters se décollent après deux minutes, tout comme les boosters de la navette. L’étage principal continue de tirer avant de s’écraser dans le Pacifique. Moins de deux heures après le décollage, un étage supérieur envoie la capsule, Orion, foncer vers la lune.

EXPLICATION : La nouvelle fusée lunaire de la NASA, 50 ans après Apollo

Cette combinaison de photos montre la fusée Saturn V avec le vaisseau spatial d’Apollo 12 à bord sur la rampe de lancement du Kennedy Space Center en 1969, à gauche, et la nouvelle fusée lunaire pour le programme Artemis avec le vaisseau spatial Orion au Kennedy Space Center à Cap Canaveral, Floride, le 18 mars 2022. Crédit : AP Photo, File

VAISSEAU LUNAIRE

La capsule Orion automatisée de haute technologie de la NASA porte le nom de la constellation, l’une des plus brillantes du ciel nocturne. À 11 pieds (3 mètres) de haut, il est plus spacieux que la capsule d’Apollo, pouvant accueillir quatre astronautes au lieu de trois. Pour le vol d’essai, un mannequin grandeur nature en combinaison de vol orange occupe le siège du commandant, équipé de capteurs de vibrations et d’accélération. Deux autres mannequins faits de matériaux simulant des tissus humains – des têtes et des torses féminins, mais pas de membres – mesurent le rayonnement cosmique, l’un des plus grands risques des vols spatiaux. Contrairement à la fusée, Orion a été lancée auparavant, faisant deux tours autour de la Terre en 2014. Pour le vol d’essai, le module de service de l’Agence spatiale européenne a été attaché pour la propulsion et l’énergie solaire via quatre ailes.

PLAN DE VOL

Le vol d’Orion devrait durer 25 jours, de son décollage en Floride à son atterrissage dans le Pacifique, à peu près la même chose que les voyages des astronautes. Il faut près d’une semaine pour atteindre la lune, à 240 000 milles (386 000 kilomètres). Après avoir fouetté étroitement autour de la lune, la capsule entre dans une orbite lointaine avec un point éloigné de 38 000 milles (61 000 kilomètres). Cela place Orion à 280 000 miles (450 000 kilomètres) de la Terre, plus loin qu’Apollo. Le grand test intervient à la fin de la mission, alors qu’Orion percute l’atmosphère à 25 000 mph (40 000 km/h) en route vers une éclaboussure dans le Pacifique. Le bouclier thermique utilise le même matériau que les capsules Apollo pour résister à des températures de rentrée de 5 000 degrés Fahrenheit (2 750 degrés Celsius). Mais la conception avancée anticipe les retours plus rapides et plus chauds des futurs équipages de Mars.

EXPLICATION : La nouvelle fusée lunaire de la NASA, 50 ans après Apollo

Une vue rapprochée de la fusée lunaire de la NASA au Kennedy Space Center, le lundi 1er novembre. 14, 2022, à Cap Canaveral, Floride. La capsule Orion automatisée de haute technologie de la NASA porte le nom de la constellation, l’une des plus brillantes du ciel nocturne. Crédit : Bill Ingalls/NASA via AP, Fichier

AUTO-STOPPEURS

Outre trois mannequins d’essai, le vol d’essai comprend un grand nombre de passagers clandestins pour la recherche dans l’espace lointain. Dix satellites de la taille d’une boîte à chaussures se déclenchent une fois qu’Orion se précipite vers la lune. La NASA s’attend à ce que certains échouent, étant donné la nature peu coûteuse et à haut risque de ces mini-satellites. Dans un salut vers le futur, Orion transporte quelques éclats de roches lunaires collectés par Neil Armstrong et Buzz Aldrin d’Apollo 11 en 1969, et un boulon de l’un de leurs moteurs de fusée, récupéré de la mer il y a dix ans.

APOLLON CONTRE. ARTÉMIS

Plus de 50 ans plus tard, Apollo est toujours la plus grande réussite de la NASA. En utilisant la technologie des années 1960, la NASA n’a mis que huit ans entre le lancement de son premier astronaute, Alan Shepard, et l’atterrissage d’Armstrong et d’Aldrin sur la lune. En revanche, Artemis traîne déjà depuis plus d’une décennie, malgré le développement du programme d’exploration lunaire de courte durée Constellation. Douze astronautes d’Apollo ont marché sur la lune de 1969 à 1972, n’y restant pas plus de trois jours à la fois. Pour Artemis, la NASA puisera dans un bassin diversifié d’astronautes et prolonge le temps que les équipages passent sur la lune à au moins une semaine. L’objectif est de créer une présence lunaire à long terme qui graissera les patins pour envoyer des gens sur Mars.

EXPLICATION : La nouvelle fusée lunaire de la NASA, 50 ans après Apollo

La lune s’élève au-dessus de la fusée Space Launch System (SLS) de la NASA avec le vaisseau spatial Orion à bord au Launch Pad 39B alors que les préparatifs de lancement se poursuivent, lundi 11 novembre. Le 14 février 2022, au Kennedy Space Center de la NASA en Floride. Crédit : NASA/Bill Ingalls

ET APRÈS

Il reste encore beaucoup à faire avant que les astronautes ne marchent à nouveau sur la Lune. Un deuxième vol d’essai enverra quatre astronautes autour de la lune et retour, peut-être dès 2024. Environ un an plus tard, la NASA vise à en envoyer quatre autres, dont deux atterriront au pôle sud lunaire. Orion ne vient pas avec son propre atterrisseur lunaire comme le vaisseau spatial Apollo, donc la NASA a engagé SpaceX d’Elon Musk pour fournir son vaisseau spatial Starship pour le premier alunissage d’Artemis. Deux autres sociétés privées développent des combinaisons de marche sur la lune. Le vaisseau aux allures de science-fiction se relierait à Orion sur la lune et emmènerait deux astronautes à la surface et les ramènerait à la capsule pour le retour à la maison. Jusqu’à présent, Starship n’a parcouru que 10 kilomètres.

© 2022 L’Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

Citation: EXPLAINER: NASA’s new moon rocket, 50 years after Apollo (2022, November 15) récupéré le 15 novembre 2022 sur https://phys.org/news/2022-11-nasa-moon-rocket-years-apollo.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *