Programme de compostage domestique alimenté par l’injection d’argent alors que le projet pilote prend de l’ampleur | Nouvelles de rechange

Avec une poche de subventions et aucune date de lancement officielle, la ville retire le couvercle de son projet pilote de prétraitement des matières organiques à petite échelle et passe à grande échelle.

Au cours des prochains mois, un vague lancement du programme de compostage domestique – via le produit appelé FoodCycler – commencera avec la première expédition de 1 600 unités de compostage domestique avant la fin de l’année.

Une « subvention » de 700 000 $ servira à financer le programme qui récupère les matières organiques résiduelles à la maison et les transforme en matière prête à être compostée.

Les matières organiques seront collectées auprès des Nelsonites une fois que le programme sera pleinement opérationnel, mais cela pourrait prendre un certain temps avant que cela ne se produise.

“Le programme est en phase de conception et les méthodes de collecte et les détails sont en cours d’élaboration”, a noté un rapport du personnel de la ville à ce sujet à la fin du mois dernier.

Un communiqué de presse de la ville a affirmé que si le programme réussissait, des appareils supplémentaires seraient déployés dans le reste de la ville en 2024.

– Les gens peuvent s’inscrire pour recevoir un FoodCycler plus tôt que le déploiement prévu (early adopter) via nelson.ca/organics.

Aussi à pied

Plus tôt cette année, la zone de transfert de Grohman Narrows a été prévue par le district régional pour recevoir une mise à niveau pour accepter les déchets organiques.

Grohman Narrows pourrait encore être opérationnel d’ici la fin de l’année et pourrait offrir des services aux transporteurs commerciaux, permettant aux entreprises et aux résidents de déposer des matières organiques à un prix réduit (par rapport aux ordures).

Près de la moitié des déchets organiques actuellement mis en décharge en Colombie-Britannique sont générés par le secteur commercial. Le RDCK s’efforce de convaincre les transporteurs commerciaux, les institutions et les entreprises locales de détourner les matières organiques vers les installations de traitement.

Il y avait une installation centrale de compostage proposée pour Salmo – avec des travaux commençant en mai – et devait être en ligne à ce moment-là. Mais cette installation n’acceptera pas de matières organiques de Nelson, mais obtiendra plutôt du matériel de Castlegar, de sources commerciales et des grandes régions de Trail du district régional de Kootenay Boundary.

Cette année, la prochaine phase de réacheminement des matières organiques pourrait voir le début du développement de la collecte rurale en bordure de rue.

Augmentation des coûts

Lors de ses discussions budgétaires en décembre dernier, la version précédente du conseil municipal a augmenté le coût de la récupération des déchets en bordure de rue de 25 $ pour financer le programme de réacheminement des matières organiques.

Cela signifiait que le coût par ménage pour le service en bordure de rue (y compris les matières organiques) était de 105 $ (sans compter les coûts en capital).

L’argent supplémentaire a soutenu le programme de réacheminement des déchets organiques, créant des réserves pour le service. L’excédent devrait aller à la réserve de recyclage pour financer des éléments d’immobilisation (dispositif de prétraitement).

Dans l’ensemble, il y a eu une augmentation de 132 000 $ du budget des services en 2022.

Longtemps en cours d’exécution

Il y a quatre ans, l’enquête sur la collecte de compost en bordure de rue à Nelson a commencé, après que le district régional a avancé l’idée de détourner les déchets.

Une réunion conjointe du RDCK sur la récupération des ressources cette année-là a révélé la possibilité de demander un financement par le biais du Fonds provincial du programme d’infrastructure organique (OIP) pour mettre en place un programme régional de compostage et une installation de traitement du compost.

À l’époque, la ville a contesté certaines des hypothèses formulées par le RDCK concernant la collecte en bordure de rue sans réellement connaître les conséquences et les circonstances réelles dans la ville concernant la collecte des ordures.

“Je ne crois pas que notre communauté produise des déchets à un rythme similaire à celui de nos communautés voisines et ils supposent que nous le faisons sans même connaître notre communauté”, a déclaré le directeur municipal de Nelson, Kevin Cormack.

Il pensait que le district régional devrait développer une étude sur le nombre de personnes de Nelson qui déversaient réellement des ordures à la station de transfert. Les auteurs du rapport du district régional ont noté que le tonnage total de déchets résidentiels collectés en bordure de rue à Nelson (626 tonnes en 2017) était faible, jusqu’à un tiers inférieur à celui des municipalités voisines.

“Cela pourrait être attribué à la proximité de la station de transfert de Grohman Narrows pour les résidents qui préfèrent transporter eux-mêmes leurs ordures entre les jours de collecte bihebdomadaires prévus, couplés à une réticence à acheter à l’avance les étiquettes d’élimination et les sacs”, le RDCK rapport du personnel à l’époque lu.

Des preuves anecdotiques du personnel de la station de transfert ont estimé que plus d’un tiers des utilisateurs apportant des déchets ménagers à l’installation étaient des résidents de Nelson, a noté le rapport du district régional.

“Mais c’est assez critique dans un certain nombre d’hypothèses qu’ils font”, a souligné Cormack.

La discussion a été le début de la quête de Nelson pour offrir son propre service de trottoir, et le district régional a mis en place son propre service à l’échelle régionale.

La Presse canadienne. Tous les droits sont réservés.

.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *